Vous êtes assuré social ? Retrouvez toutes les informations qui vous concernent sur
Points d’accueil de la Cpam de Paris
Accueil

L’Assurance Maladie de Paris s’engage dans l’inclusion numérique parisienne

Le 29 juin a eu lieu la deuxième édition de la conférence-débat consacrée à l’inclusion numérique organisée par la Ville de Paris et la Caisse d’allocations familiales (Caf). L’Assurance Maladie de Paris participe à la construction de la stratégie d’inclusion numérique dans la capitale.

 

Les conséquences de la transformation digitale

La transformation digitale de la société s’accompagne d’une numérisation croissante des services quotidiens essentiels à l’emploi, la mobilité, la santé, le logement, la consommation, le lien social ou encore l’éducation. Les démarches se dématérialisent et impactent le quotidien des citoyens. (cf. le rapport du Conseil national du numérique Citoyens d’une société numérique, 2013)

Pourtant, près d’un Français sur cinq se considère en difficulté dans son accès ou usage numérique et on estime à 5 millions le nombre des personnes qui voient s’ajouter à leur fragilité sociale un facteur supplémentaire d’exclusion : le numérique.

Faute de connaissances, de ressources ou d’inclinaisons pour ces outils, certaines personnes rencontrent des difficultés supplémentaires dans leurs parcours d’insertion qu’il s’agisse de rechercher un emploi ou de réaliser des démarches administratives : accès à l’information, ouverture de droits sociaux, déclaration de situation, renouvellement de papiers, etc.

Ainsi aujourd’hui, il ne suffit plus de penser « fracture numérique » (accès au numérique), il convient de s’orienter vers l’e-inclusion. L’enjeu n’est alors pas de savoir combien de personnes utilisent le numérique ou non, mais bien plutôt de savoir qui le numérique aide à jouer un rôle dans la société et qui il met en difficulté ; à qui il offre les conditions de son émancipation et à qui il en éloigne la perspective.

L’inclusion numérique poursuit un double objectif :

  • réduire les inégalités sociales et, en particulier, les cas et les risques d’exclusion sociale, en mobilisant le numérique ;
  • s’appuyer sur le numérique comme véritable levier de transformation individuelle et collective.

 

L’Assurance Maladie de Paris et l’e-inclusion

L’Assurance Maladie de Paris, partenaire de la stratégie de l’inclusion numérique sur son territoire, souhaite apporter une participation structurée sur 3 axes :

  • permettre à chacun d’avoir accès aux outils numériques (équipement et connexion) et un usage autonome de ces outils ;
  • répondre aux besoins des différents publics quant aux démarches en lignes ;
  • accompagner, aider les publics dans les démarches en ligne et former les publics vers l’autonomie numérique.

Dans ce cadre, l’Assurance Maladie de Paris a mis en place des mesures concrètes afin de faciliter l’accès à la connaissance de ses droits par le développement de nouveaux outils ou de nouvelles approches :

  • Au sein des structures partenaires* : interventions pédagogiques numériques à destination des agents et facilitateurs numériques, ateliers numériques pour les publics

* Mission Locale de Paris, Espaces Parisiens d’Insertion, Pôle emploi, PIMMS de Paris, Caf de Paris, acteurs du numérique du territoire Est -11,12, 20ème (comme les Espaces Publics Numérique, les écrivains publics et centres d’actions sociales)


Bon à savoir : quelques chiffres

  • 67% des moins de 25 ans sont autonomes sur le numérique alors que seulement 44% des plus de 65 ans le sont,
  • 61% des personnes en activité et 65% des demandeurs d’emploi et 67% des étudiants sont autonomes alors que 28% des retraités et 40% des personnes au foyer ou en incapacité de travailler sont débutantes,
  • Près de ma moitié des débutants n’a aucun équipement informatique alors qu’ils ne sont que 4% parmi les autonomes. 29% des débutants possèdent un smartphone qu’ils déclarent plus facile de prise en main,
  • Parmi les débutants 59% ne se connectent jamais à internet alors qu’au contraire, 83% des autonomes se connectent tous les jours,
  • Si la non-maîtrise d’internet est pour 62% des débutants la raison principale à leur absence d’utilisation, le coût de la connexion est au contraire le facteur principal de non-connexion pour 54% des publics autonomes,
  • La non-utilisation des services en ligne est justifiée par 41% par le manque de compétences, par 26% par la peur de se tromper et 22% une préférence pour l’accompagnement physique.

(Source : enquête wetechcare 2016)

Lire toutes les actus